Les notes du match Evian 0-2 Nantes (J11-L1)


Dans le cadre d’un partenariat avec le site Petit Pont Nantais, nous vous proposons à chaque rencontre un article résumant le match.

Voici nos notes :

 Riou (6,5)

Chômage technique pour le gardien du temple. Avec 0 tir cadré pour les savoyards même les légendaires Stojkovic ou Kamenar auraient pu revenir d’Annecy avec un clean sheet.

 

Cissokho (5,9)

Issa confirme sa bonne forme. Beaucoup de duels gagnés et une vivacité à toute épreuve. Evian a été un bon sparring partner pour son duel de dimanche face à N’tepu.

 

Vizcarrondo (6,5)

Que ce soit contre Evian, Rennes ou Noisy-le-Sec, chaque match est une finale de Coupe du Monde pour Vizca. Il insuffle sa rigueur et sa grinta à toute la défense. Et s’il y avait vraiment du Nestor Fabri en lui ?

 

Djilobodji (6,2)

La force tranquille. D’entrée il marque son territoire en mettant son genou dans les côtes de Wass, le seul joueur de foot d’Evian. Puis il a gentiment contrôlé les faiblards attaquants savoyards. Une prestation plus convaincante que sur le plateau du Canal Footix Club dimanche soir.

 

Veigneau (5,3)

Parfois pris dans le dos, il est souvent loin de son vis-à-vis. Beaucoup moins tranchant défensivement que les 3 autres. S’il y a une légère faiblesse à pointer dans cette défense de luxe, ce serait son côté gauche.

 

Gomis (5,2)

On avait presque oublié son existence. Sorti du placard à la surprise générale, Gomis a montré qu’il était plus adroit avec un ballon qu’avec un tambour. Travailleur de l’ombre, il s’est appliqué à jouer simple et à gratter quelques ballons. Pas de quoi bouleverser la hiérarchie du milieu pour autant.

 

Hansen (6,5)

Vraiment épatant. Il prend tout de la tête, gagne ses duels, joue juste et intelligemment. Son repositionnement est un merveilleux coup de DerZak.

 

Veretout (8)

Noté de 7 à 9, il est de très loin l’homme du match. A 21 ans il est déjà un cadre de l’équipe. Prépondérant dans le jeu de transition, il est à l’origine de toutes les occasions nantaises ou presque. Il a failli marquer avant son pénalty, sur une frappe sur le poteau. En plus il clôt définitivement la malédiction des pénaltys. Sa prolongation de contrat de début de saison est la meilleure nouvelle de l’année.

 

Bessat (5,5)

De retour après une blessure et un détour par Saupin, VB8 a montré qu’il avait les crocs. Très actif, on l’a vu à gauche, dans l’axe et même à droite. Mais il manque toujours de «justesse dans le dernier geste», que ce soit dans ses centres, ou ses coups de pieds arrêtés.

 

Gakpé (5,4)

Serge retrouve des jambes et une certaine qualité de dribbles. Il provoque le penalty et a beaucoup tenté. Jusqu’à en abuser sur des frappes molles et inoffensives. Pas dans le groupe en Coupe de la Ligue, il arrivera en forme et sera le héros du match contre Rennes.

Bammou (6,8)

Bon dans le jeu et impressionnant dans les airs, il aurait pu marquer le 2-0 bien avant la 75e minute. Il manque une belle situation à cause d’une conduite de balle douteuse, après un dégagement du gardien dans ses pieds (44). Puis il rate un immanquable à 1-0 sur un caviar de Veretout (70e). Il aurait pu alors douter et sombrer. Mais non, Superbam a marqué son deuxième but de la saison en ridiculisant l’ancien marseillais Abdallol. Un but plein de finesse et de maîtrise technique.

 

Nantes (6,8)

Décevant contre Reims, Nantes a tenu son rang face à Evian et a largement mérité sa victoire. Intouchables défensivement les Canaris se sont procurés de belles occasions et ont pêché -encore- dans la finition. Un match sérieux qui montre que le club veut aller le plus haut possible.

 

Der Zakarian (5,8)

On pouvait craindre une sordide purge en voyant la compo défensive de l’équipe et le retour de Gomis. Mais les Nantais ont maîtrisé le match et le niveau a été bon. « On ne change pas une équipe qui gagne », a dû penser le coach, qui a attendu longtemps avant de faire des remplacements. Mais on a pu voir pour la première fois Iloki, un des meilleurs nantais en CFA.

 

Adversaire (3)

Ce club n’a pas de stade, pas de supporter, pas d’équipe, pas d’âme. Des joueurs inexistants offensivement, avec un lol-keeper dans les buts, et des défenseurs qui n’hésitent pas à tacler par derrière dans leur surface quand ils sont à 5 mètres du ballon. Il est grand temps que l’anomalie de la L1 redescende d’une division. A sa place.

Vous pouvez trouver le tableau complet des notes données par nos analystes ici : 

10714027_10204940134686027_4197075791140646148_o

Twitter : @FCN_ACTIV

Facebook : Activ’ Nantes Supports

Mail : activnantes@gmail.com

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *