Les journalistes et leur vision du FC Nantes – Episode 10 : Fabien Lévêque


La série sur les journalistes suivant le FC Nantes se termine avec Fabien Lévêque, journaliste à France Télévisions.

Bonjour Fabien, présentez-vous en quelques mots!

Fabien Lévêque, 34 ans, journaliste grand reporter à la rédaction des sports de France Télévisions depuis 10 ans déjà ! Né à Saint-Nazaire et amateur de jeu à la nantaise ! 

Depuis combien de temps suivez-vous le FC Nantes ?

Depuis tout jeune, j’ai toujours été attentif aux résultats des Canaris. Dans les bons comme les mauvais moments. Cela a été un crève-cœur de voir ce monument du foot végéter plusieurs années en Ligue 2 à la fin des années 2000. Heureusement, le club est en train de redevenir une vraie place forte du foot français. Avec un public absolument fantastique. 

Votre 1er match à la Beaujoire ?

Je devais avoir 6-7 ans. L’époque des Francky Vercauteren et Mo Johnston. Je me rappelle de cette première soirée à la Beaujoire. Nous avions fait le déplacement en car avec mon club de foot de la Saint-Cyr Herbignac. Les premières émotions arriveront plus tard, lors de la saison 94/95, avec le tarif maison 3-0 à la Beaujoire. Une qualité de jeu incroyable.

Votre plus beau souvenir avec le FC Nantes ?

Le match de la remontée en Ligue 1 face à Sedan en 2013. L’expulsion très rapide de Lucas Deaux a rendu la victoire encore plus belle. L’ambiance était phénoménale, je n’avais jamais vu ça à la Beaujoire. C’était plus fort qu’un titre de champion de France. Les supporters étaient tellement sevrés de football de haut niveau à Nantes. C’est pour moi le point de départ du renouveau nantais. Les valeurs montrées ce soir-là lors de la 37e journée de Ligue 2, on les retrouve aujourd’hui à l’étage supérieur.

Votre plus beau but vu ? Commentez-le-nous en quelques mots !

Évidemment le but de Patrice Loko en 1994 face au PSG . Un chef d’œuvre collectif, sans que le ballon ne touche le sol. Un but à l’image de la saison fantastique des nantais. Avec un coach qui m’a toujours fasciné : Coco Suaudeau.

Votre plus beau match commenté ?

Il est à venir je l’espère. J’aimerais un jour commenter une finale de Coupe avec le FC Nantes. Voir le Stade de France en jaune et vert, c’est l’assurance d’avoir une ambiance incroyable à Saint-Denis. 

Votre plus beau match en tant que spectateur ?

Je dirais tous les matchs à domicile de la saison 94/95. A chaque fois, c’était un régal pour les yeux. Le tarif maison 3-0 pour quasiment chaque match à la Beaujoire. Cela paraissait facile. Je n’ai jamais retrouvé un tel niveau de jeu. Merci Coco !

Votre objet fétiche en rapport avec le FC Nantes ? Un pyjama FC Nantes peut être ?

Pas de pyjama mais un maillot floqué à mon nom que m’a remis la saison dernière Franck Kita à la fin d’un match de Coupe de la Ligue que j’avais commenté. J’ai énormément apprécié le geste. 

Votre Joueur emblématique du FC Nantes ?

J’ai adoré Japhet N’Doram. Le Sorcier Tchadien. Quelle classe ! Il a illuminé la Beaujoire pendant les années 90. Un talent incroyable. 

Votre période préférée de l’histoire du FC Nantes ?

La période Coco Suaudeau dans les années 90. Champion de France 1995 puis demi-finaliste de Ligue des Champions en 1996. Le jeu à la nantaise était alors une référence en Europe. Je suis même persuadé que le FCN aurait pu gagner la Coupe d’Europe si Coco Suaudeau avait pu garder tous ses joueurs à l’issue de la saison 94/95.

Votre plus mauvais souvenir ?

Un match de Coupe de France que j’ai commenté en novembre 2009 : Concarneau / Nantes. Défaite 3-0 face à une équipe de CFA2. Les Nantais avaient été ridiculisés par des amateurs. J’avais mal au bide en voyant le FCN toucher ainsi le fond. C’était une véritable humiliation.

Le Nantais le plus drôle en interview ?

J’adore la fraîcheur d’Issa Cissokho. Ce type a toujours le sourire. Et sur le terrain, c’est un garçon qui ne triche pas. Il a un parcours tellement atypique, cela rend le personnage attachant.

On vous donne 50 millions à dépenser au FCN, que faites-vous avec ?

J’ai déjà les moyens de garder l’ossature de mon équipe. C’est déjà un gros avantage. Et je recrute un vrai buteur. C’est ce qui manque aujourd’hui au FCN : un tueur des surfaces. Avec un attaquant capable de claquer 20 buts par saison, Nantes serait dans le top 5.

Et pour finir, selon vous quelle sera la place du FC Nantes dans le foot français ou européen à l’avenir ?

Je vois finir les Nantais dans les 8 premiers cette saison*. L’équipe a progressé et doit se servir de l’expérience de la saison dernière afin de mieux aborder la phase retour du championnat. Ensuite, il faudra se renforcer intelligemment l’été prochain pour espérer franchir un cap en 2015/16. Tous les rêves sont permis. Le FCN doit retrouver à terme la scène européenne. Cela doit être un objectif. Avec un tel public, une telle histoire, il faut être ambitieux. Nantes doit regagner des titres. 

Merci pour votre témoignage !

* interview réalisée en décembre 2014

Twitter : @FCN_ACTIV

Facebook : Activ’ Nantes Supports

Mail : activnantes@gmail.com

 

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *