2014-2015 : Une saison en Tribune Loire


Le 16 mai dernier, la Beaujoire fermait ses portes pour la saison 2014-2015, conservant dans son enceinte les souvenirs d’une nouvelle année de football et de fête.

Falcao (RIP), Lacazette, Zlatan, Bielsa et même Rémy Vercoutre. Toutes les stars de la Ligue 1 ont foulé la Beaujoire cette année. Certains sont repartis la queue entre les jambes, d’autres ont brillé. Mais aucun n’a fait taire la Tribune Loire.

Sur du Pierre Groscolas, Michel Delpech ou Trie Bleiz Die, on a chanté, crié, sauté. Un parfum d’Amérique latine inhalait les travées de Louis Fonteneau. Frédéric Thiriez en a pris pour son grade, Vincent Bessat a été chouchouté toute la saison. Le pire ennemi de la TL ? Le silence, à peine identifiable après chaque but adverse, le peuple canari reprenant immédiatement de plus belle.

Coté terrain, ce fut une année peu spectaculaire, mais qui restera d’autant plus belle qu’elle connut ses moments de doute et d’anxiété, son inévitable lot de purge, mais plusieurs apothéoses, face à Lyon puis Marseille ; Deux rencontres durant lesquelles la Loire, se mettant au diapason d’une équipe irréprochable, s’embrasa comme jamais.

11158045_10205702721339649_1347688285_n

Chaque rencontre fut l’occasion d’une messe, avec pour saints les onze locaux présents sur le terrain. Une semaine sur deux, on a pu entendre battre le cœur de la Cité des ducs dans le temple de l’octuple champion de France. Et le rituel du peuple nantais ne se sera jamais perdu. Pour chaque début de cérémonie, le « mur jaune » du Signal Iduna Park s’exporta à travers Rhin durant l’hymne des Canaris. Quant aux sports pratiqués par les ultras de la Tribune Loire, la descente de tribune (succédant à un but des Jaunes… ou non), ainsi que le pogo (moins endurant mais plus physique), ils sont depuis des lustres des classiques sur les bords de l’Erdre.

A l’occasion de l’au revoir des supporters à leurs protégés face aux Merlus, chacun était conscient du manque qu’allait lui procurer cette trêve estivale d’intersaison. Une page se tourne du coté du FCN, avec de nombreux mouvements au sein de l’effectif ligérien. Toutefois, à n’en pas douter, la ferveur du peuple nantais n’aura pas changé entre mai et août. Car celui-ci, comme il aime à le hurler, ne « lâchera jamais ».

Jérémie Baron

We Are Naoned (Facebook/ Twitter)

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *