Lille 0-1 Nantes : le FC Nantes retrouve le sourire !


Le club nantais s’est imposé ce soir sur la pelouse de Lille, grâce à une grosse première période et au premier but en professionnel d’Iloki (photographie).

Neuf mois qu’ils attendaient ça. Depuis un succès à Lorient (2-1) en décembre dernier, les Canaris connaissaient une très longue période de vaches maigres à l’extérieur (13 matches sans la moindre trace de victoire hors de leurs terres en Ligue 1). Les quatre défaites de rang en championnat précédent cet épisode nordiste n’avaient pas arrangé le moral des Nantais, mais ces derniers, qui avaient laissé entrevoir un bon motif d’espoir en première période lors de la venue du PSG samedi (1-4), ont récidivé à Pierre Mauroy pour cette fois décrocher les trois points et souffler au classement : aux portes de la zone rouge, ils pointent désormais à la quatorzième place.

Enfin véritablement lancé par Michel Der Zakarian depuis ce match face à Paris, Jules Iloki fut l’homme providentiel de son équipe dans le Nord, lui qui n’avait jamais marqué avec l’équipe première. Remarquable durant la préparation (deux buts), l’attaquant des Ulis aligne sa deuxième performance de classe après celle du week-end dernier, mais a cette fois réussit à inscrire son nom au tableau d’affichage (5ème) et aurait même pu faire marquer Bedoya (41ème). Et ses titularisations coïncident avec le regain de forme des jaunes et verts.

12079112_1108142182542800_4467437128890324955_n

Si l’attaque nantaise peinait depuis le début de saison, c’est une armada offensive bien rodée que l’on a aujourd’hui pu apercevoir en première mi-temps, à l’image de la première – mais salvatrice – action ligérienne, durant laquelle toute la ligne de front nantaise fut à l’œuvre : Kolbeinn Sigthorsson joua de son corps et de sa formidable protection de balle pour décaler Adrien Thomasson dans le dos de la défense, lequel servit idéalement Alejandro Bedoya qui buta sur Mike Maignan mais vit donc Iloki finir le travail (5ème). Une action bien construite à l’image du premier acte des Nantais, lesquels arrivèrent à combiner et exploser en contre, ce qui déboucha notamment sur la tête sur la barre de l’Américain Bedoya (41ème). Une fois n’est pas coutume, les caviars de la première période se transformèrent en passes dans le dos en seconde, mais ce gros travail durant les quarante-cinq premières minutes suffit à terrasser les Dogues.

Car la Maison jaune a pu compter sur la maladresse du LOSC dans les seize mètres. Les ballons dans la surface de Rémy Riou furent légion (20 tirs et 11 corners pour les Nordistes) mais, malgré le talent de Sofiane Boufal, les locaux furent incapables de cadrer leurs tentatives (27ème, 30ème, 61ème, 79ème, 90ème), à 4 reprises seulement, et se heurtèrent à un Riou autoritaire, auteur d’innombrables interventions au cours de la rencontre (2ème, 18ème, 19ème, 26ème, 36ème, 48ème, 51ème, 60ème) et à une défense nantaise malgré tout solide qui ne faiblit pas malgré la sortie sur blessure de Lorik Cana remplacé par Koffi Djidji et le changement dans le rapport de force observé au fil du deuxième acte.

Twitter : @FCN_ACTIV

Facebook : Activ’ Nantes Supports

Mail : activnantes@gmail.com

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *