Derby breton : Nantes est-elle en Bretagne ? 5


Nous ressortons de nos archives un bel article sur les origines de la Bretagne et le derby Nantes – Rennes, rédigé par un passionné de la Bretagne voulant rester anonyme. Cette article date de l’époque où on s’appelait « FCN Anonymous », pour ceux qui ont connu et s’en souviennent.

Salut les nantais, salut à tous les gens liés à la Loire-Atlantique,

D’origine, adoptif, de cœur,

Vous,

Qui vous baladez parfois dans les rues de Nantes, Saint-Nazaire, Ancenis, Chateaubriand, sur les bords de Loire ou les plages de l’Océan Atlantique,

Qui, lors des embouteillages sur la route des vacances, observez parfois des Gwenn ha Du sur les plaques d’immatriculation 44, des tags BZH=44 sur les murs,

Qui entendez régulièrement : alors la Loire-Atlantique c’est la Bretagne ou pas ?

On va répondre à cette question mais avant cela, on va vous expliquer pourquoi des supporters du FCN s’intéressent à ce sujet.

Le football représente une manière d’exporter sa culture, son identité.

Parler de derbys de l’Ouest contre Rennes, c’est un non-sens, à la limite c’est contre Bordeaux (et encore vu la distance…) mais le terme de derby de l’Atlantique est bien plus joli.

Contre Rennes, c’est un derby breton, tout comme contre Lorient et Guingamp cette saison.

Les tifos organisés montrent souvent une belle image de la Bretagne et il ne faut pas qu’une désinformation vous fasse croire qu’on peut créer ce genre de liens avec Laval ou La Roche sur Yon.

Nous n’avons rien contre ces villes, mais ce sont des histoires différentes.

La Vendée a une histoire riche, autant que certaines régions entières.

Certains vendéens sont même surpris lorsqu’on leur dit qu’ils font partie de la même région que Le Mans…

Revenons à nos moutons.

Historiquement, le traité signé à Angers rattache Nantes et Rennes à la Bretagne en 851. Nominoë, considéré comme le père de la Bretagne, en est à l’origine.

Qu’il y avait-il avant ? Avant il y avait un pays en formation, regroupant plusieurs peuples qui avaient des relations les uns avec les autres.

Au début du millénaire, on peut parler des Vénètes à Vannes (célèbres pour leur combat contre Jules César) notamment et à Nantes, on connaissait les Namnètes.

Il y a eu ensuite l’arrivée des bretons chassés de leur territoire par les anglo-saxons environ au Vème siècle, qui ont cohabité avec les autochtones.

On ne peut pas dire que ce fut le calme plat, ça s’est un peu (beaucoup) tapé dessus mais pas assez clairement pour distinguer l’émergence d’une nation.

Ensuite arrive Nominoë (800-851), qui a permis d’organiser un peuple breton et surtout d’obtenir la reconnaissance des francs, à travers la déclaration de Charles le Chauve.

Il ne faut pas être idyllique, ce n’est pas avec des arguments mais avec des armes qu’il a obtenu cela.

Il a ensuite permis de bonnes relations avec les francs, faisant de Nantes une place essentielle de la Bretagne, que certains considèrent comme la capitale mais le terme de capitale peut être discuté pour l’époque, ouverte sur le Royaume des francs.

Nominoë, père de la nation bretonne

Après Nominoë, la Bretagne a tantôt été indépendante, tantôt un duché franc mais ses frontières étaient claires. Autant Nominoë avait des ambitions de conquêtes de l’Anjou et du Maine, autant ses successeurs ont davantage lutté pour conserver une autorité sur l’ensemble de la Bretagne.

Les bretons avaient (ont ?) un « certain esprit d’indépendance » et ils n’ont pas attendu le renfort des francs pour se défendre contre les Normands ou être arbitre dans le conflit (perpétuel ?) entre les anglais et les francs.

Un autre exemple : en Bretagne, les évêchés se transmettaient de père en fils (!) malgré les recommandations de l’Église et ce, environ jusqu’au XIIème siècle.

Cet esprit d’indépendance ne plaisait pas aux francs qui ont montré que leur puissance militaire et économique ne pouvait pas laisser imaginer aux bretons de leur faire de la « concurrence » et le traité d’Union des couronnes des francs et des bretons intervient en 1532… qui finalement, au fil des années, s’est révélé être une annexion pure et simple.

Cette Histoire nous passionne mais nous allons être obligés de résumer et faire abstraction de beaucoup d’événements très intéressants pour s’attarder seulement sur un personnage historique et sur la dislocation de la Bretagne.

23335_1

Anne de Bretagne devant le château des Ducs de Bretagne (photo : abp.bzh)

Vous vous en doutez surement déjà, le personnage historique qui nous intéresse n’est autre que la duchesse Anne de Bretagne, née à Nantes, au château des ducs, le 25 janvier 1477, dernière duchesse de Bretagne, qui a œuvré pour la Bretagne et qui a également été reine de France.

Elle avait pour devise celle de la Bretagne : « Kentoc’h mervel eget bezañ saotret » ou en français : « Plutôt la mort que la souillure ».

Sans entrer dans les détails de ses actions, il faut souligner que c’est certainement aujourd’hui le personnage le plus emblématique de la Bretagne, dont le nom est maintenant quasiment un atout commercial, si vous vous promenez en Bretagne (Brasserie de la duchesse, marque de bière,…).

A Nantes, il existe une statut à son effigie devant le château des Ducs.

Elle est un élément clef de la préservation des intérêts bretons dans les années les plus difficiles avec les francs. Elle décède à 25 ans, le 9 janvier 1514.

Quand est-ce que la Bretagne a été séparée ?

La naissance de la Bretagne en tant que nation est généralement situé en 845 et les frontières avec Nantes et Rennes situées vers 851.

La Bretagne était composée de neuf « Bro », pays traditionnels, à Nantes on parle du Bro Naoned, et de nos jours de B5, Bretagne à cinq départements.

POSKARTENN

Carte de la Bretagne historique

Le décret du 30 juin 1941, établi sous l’autorité du Maréchal Pétain, pendant la période de Vichy, est à l’origine de la séparation.

Les historiens ne s’accordent pas sur tout cependant : certains affirment qu’il s’agissait d’une situation temporaire et que les limites de la Bretagne devaient redevenir ce qu’elles étaient en tant de paix.

Une chose est sûre : le découpage de Vichy est celui que nous connaissons à l’heure actuelle.

L’Histoire est le meilleur argument pour les détracteurs de la réunification qui ont généralement pour seuls arguments :

1- « Il ne faut pas vivre dans le passé ! », ce à quoi on va répondre, sans passé rien n’existe : le drapeau français est un héritage, la marseillaise en est un autre et ces gens-là n’envisagent pas de mettre tout ça aux oubliettes.

Il faut penser de la même manière pour la Bretagne.

2- « Nantes n’est pas en Bretagne si vous regardez une carte » (sous-entendu une carte administrative).

La vache, on a regardé, vérifié et ils ont raison : Nantes n’est pas en Bretagne ! Le Pays Basque n’existe pas en plus ! Bixente Lizarazu, tu n’es qu’un menteur, tu ne peux pas être basque, ça n’existe pas ! Blague à part, prenez une carte (sous-entendu judiciaire) et vous verrez que Nantes est en Bretagne… tout dépend de la carte… Vous pouvez aussi regardez un peu les noms de villages… Écoutez ceux de Loire-Atlantique, y en a quelques uns qui sonnent bien breton.

En cadeau, un autre argument : le Gwenn ha Du (drapeau breton, « le noir et blanc » en français) est constitué de neuf bandes : quatre blanches représentent quatre Bro de la Haute-Bretagne et cinq noires représentant les Bro de la Basse-Bretagne (dont le Bro Naoned). On y trouve également des hermines… qu’on retrouve sur l’emblème du FCN et sur le drapeau de la ville de Nantes.

Drapeau_Bretagne_-_Gwenn_ha_du

Nous savons qu’il s’agit d’un débat épineux, où les gens sont parfois peu informés mais donnent leur avis quand même… Après toutes ces informations, on attend votre avis à vous !

Kenavo les Aminonymous.

Twitter : @FCN_ACTIV

Facebook : Activ’ Nantes Supports

Mail : activnantes@gmail.com

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Derby breton : Nantes est-elle en Bretagne ?

  • Alain Monnié

    Je rajouterai que pendant la guerre il n’y avait plus d’entité Bretagne. Toutes les provinces, duchés, comtés etc. avaient été supprimés à la Révolution. Il n’y avait plus que des départements. La Bretagne avait été découpée en 5 de ces départements.
    Il est donc absurde de dire  » les limites de la Bretagne devaient redevenir ce qu’elles étaient en tant de paix. » puisque la Bretagne n’existait plus. Elle n’a pas donc pu être « découpée » .
    Il a fallu attendre la 4eme république et ensuite la 5eme pour voir recréer des régions qui reprenaient, dans certains cas, plus ou moins bien certaines anciennes provinces. Et le fait d’appeler Bretagne une région regroupant seulement 4 départements issus de l’ancien duché est évidement un non sens historique et une mauvaise action.
    Excusez moi d’être un peu long mais si on doit écrire l’Histoire autant être exact et ,ne pas accuser Pétain de ce qu’il n’a pas fait.
    Il a fait assez de mal comme ça pour ne pas en rajouter !

    En toute amitiés

    • Orchid

      Bonjour Alain,
      Je suis un des administrateurs du site.
      Nous vous remercions vivement pour votre long commentaire et les corrections que vous donnez sur cet article.
      Celui-ci n’a pas été rédigé par un membre du bureau Activ Nantes, ni par un de ses membres, mais par un passionné de la Bretagne, tout comme vous, il y a plusieurs années de celà. Nous pensions que les propos qu’il tenait étaient exacts.
      Nous tâcherons de corriger cet article avec vos corrections d’ici sa prochaine diffusion, lors du prochain derby breton contre Rennes.
      Encore merci pour votre temps.
      Cordialement

  • Alain Monnié

    Merci de rappeler que Nantes, non seulement est en Bretagne, mais en a été d’une certaine façon la capitale. Même si à l’époque la notion de capitale n’a pas la même signification qu’aujourd’hui. Ceci dit le château des ducs de Bretagne est bien à Nantes et pas à Rennes ou Brest..
    Pour autant vous commettez quelques erreurs.
    Non, Anne n’est pas la « dernière » duchesse de Bretagne, c’est sa fille Claude mariée à François Ier. par la suite les deux fils de Claude François III et Henri furent les derniers à porter le titre de Duc.
    François III, dauphin de France, est le dernier duc couronné. Son père le roi François Ier gouverne le duché comme usufruitier

    Vous passez sous silence le rôle d’Alain Barbetorte (nantais) qui fut le premier duc de Bretagne après avoir chassé définitivement les normands) et qui fondit réellement le duché dans ses frontière reconnues.

    Enfin le régime de Vichy et Pétain n’ont rien à voir avec la séparation de la Loire inférieure et la Bretagne.
    En février 1941, le maréchal Pétain fidèle à ses idées maurassiennes d’extrême droite et provincialistes nomma les membres d’un Comité national chargé de préparer le découpage futur de la France en Provinces.
    Parallèlement, devant l’urgence de la débâcle, le gouvernement décida de créer des préfectures régionales, essentiellement pour des raisons de gestion d’approvisionnement en zone occupée.
    Le 19 avril 1941 une loi créa ces régions. Ceci aboutit par décret du 30 juin 1941 à la constitution, entre autres, de deux préfectures qui nous intéressent ici :
    – La région de Rennes incluant les 4 même départements formant actuellement la région Bretagne
    – La région d’Angers incluant, outre la Loire Inférieure, le Maine et Loire, la Mayenne, la Sarthe et l’Indre et Loire (partie occupée). La Vendée n’y était pas.
    Il est utile de rappeler que certains bretons protestèrent alors contre la séparation de la Loire Inférieure d’une entité administrative comportant le reste de l’ancienne Bretagne. Et le préfet vichyssois de la région de Rennes, désapprobateur, s’efforça le plus possible d’associer le préfet départemental de la Loire Inférieure à ses activités. Mais il était en but à l’hostilité d’autres bretons qui approuvaient la partition ! Rien n’est simple.
    Mais on voit que, d’une part, les termes de Pays de la Loire ou de Bretagne n’existaient pas et que, d’autre part, la région d’Angers était loin de représenter les Pays de la Loire d’aujourd’hui.
    Le lendemain de la promulgation de la loi, le 20 avril 1941, le maréchal Pétain déclara même dans un discours à Pau que « ce découpage provisoire répondant à une nécessité immédiate »ne préjugeait en rien des futures limites provinciales qui verraient le jour après la guerre.
    De fait les travaux de son Comité national aboutirent en août 1941 à une carte des futures provinces qui ressemble furieusement à la carte préconisée aujourd’hui par Bretagne réunie !
    La Bretagne y était représentée à 5 départements, suite à un arbitrage du maréchal lui-même qui prit fait et cause pour les représentants bretons et contre l’avis de la plupart des membres qui voulaient faire une province à 8 puis à 6 départements (avec le Maine et Loire)
    Ces provinces ne virent en fait jamais le jour et pour cause. Le retour de Laval, centralisateur, écartant Pétain du pouvoir réel, enterra définitivement le projet, et surtout la fin de la guerre ne se passa pas vraiment comme l’ex-maréchal l’avait espéré.
    Mais tout ceci tord le cou aux slogans simplistes du genre «C’est Pétain qui a tronqué la Bretagne» et encore pire « Les Pays de la Loire furent créés par Pétain et Vichy».
    Après avoir été imaginées à la fin des années 50, les régions actuelles ont été définitivement entérinées au début de la Ve république. Vichy n’a rien à voir là dedans.

  • Corentin

    Oui Nantes fait partie de la Bretagne il y a tellement de preuves… le problème c’est ce qui sont contres malgré les multitudes d’arguments envoyé répondent toujours de la m^me manière le fameux « ba maintenen c kom sa » , théoriquement si cette argument aurait un sens Nantes serait toujours rester en Bretagne et on serais toujours en monarchie, le monde n’aurait jamais évoluer.

    Dans cette article vous montrez beaucoup d’histoires et ceux qui sont contre risquent de répondre « mais c’était avant » donc pour ceux qui déploie cette argument déjà présentez vous chez Krys x) mais on peut aussi vous montrez des petites images comme ça http://dibab.org/fr/actualites/dibab-bilan-dun-an-de-votations-89-pour-la-reunification-et-79-pour-lassemblee-de-bretagne/ ou comme ça http://www.breizh-info.com/2014/10/01/16993/nantes-tribune-loire-se-mobilise-reunification (sans oublier ceux de Guingamp)

    Bref on a tellement d’arguments que j’ai pas envie de tout déballer pour éviter que ce soit trop long mais avec en face des gens têtu comme ça la seul fin à ce débat c’est le référendum ^^