René Girard au pied du mur jaune…


L’un des changements majeurs de la saison 2016-2017 est l’arrivée du nouvel entraîneur René GIRARD. L’annonce de sa venue au F.C. Nantes a d’abord provoqué un tollé chez certains supporters, avant que la raison ou la résignation ne reprenne finalement le dessus.

Avant de le juger sur le terrain, faisons plus ample connaissance avec un homme dont le CV n’est pas sans intérêt.

René Girard est né le 4 avril 1954 à Vauvert (Gard), au bord de la Méditerranée.

Sa carrière de joueur au poste de milieu défensif se déroule essentiellement entre Nîmes et Bordeaux. Avec les Girondins, il remporte trois titres de champion de France, une coupe de France, et un trophée des champions entre 1984 et 1987. Il a également connu sept sélections en équipe de France.

Il devient entraîneur à Nîmes en 1991 à l’issue de sa carrière de joueur. Quelques années plus tard, il rejoint l’équipe de France de Roger Lemerre en tant qu’adjoint de 1998 à 2002. Puis de 2002 à 2008 il dirige successivement les équipes de France jeunes : – 19, – 16, et Espoirs. A partir de 2009, il entraîne en club : Montpellier jusqu’en 2013 et Lille de 2013 à 2015. Il est champion de France en 2012 avec Montpellier et finaliste de la Coupe de la Ligue 2011. Ses performances lui valent d’être élu entraîneur UNFP de l’année en 2012 (Montpellier) et 2014 (Lille). René Girard a donc quelques références à faire valoir.

A l’issue d’une année sabbatique, il arrive à Nantes le 11 mai 2016 pour deux saisons, accompagné des mêmes adjoints qu’au LOSC : son fils Nicolas, et Gérard Bernardet.

Plein d’enthousiasme et avec le recul nécessaire, il veut apporter un regard neuf sur le club et transmettre son expertise. Sa carrière est derrière lui, il n’a plus rien à prouver. Il pourrait prétendre à la retraite mais accepte de relever un nouveau et peut-être dernier défi.

19ème entraineur du F.C. Nantes depuis 1963, il succède à Michel Der Zakarian qui a passé 15 ans dans la maison jaune. Sans vouloir être de mauvais augure, les coaches non issus du FCN ont plutôt mal réussi à Nantes ces trente dernières années… A lui d’essayer d’inverser la tendance !

René Girard est également le 10ème entraîneur de l’ère Kita. Celui-ci lui a garanti autonomie et dialogue. Le président a vu en lui un homme d’expérience, simple, entier, avec une ligne de conduite, réputé pour privilégier l’intégration de jeunes joueurs. Leur objectif commun est au moins le top 10 du championnat, voire mieux. Choix par défaut ? Ou peut-être reflet du miroir, puisque les deux hommes ont pratiquement le même âge ? A 62 ans, René Girard est le coach le plus âgé de la ligue 1 à ce jour (moyenne d’âge : 52 ans). Il ne faut probablement pas s’attendre à une révolution dans la méthode Girard.

Girard 2

Le nouveau coach se dit satisfait d’un recrutement qu’il n’a pas vraiment maîtrisé jusqu’à maintenant puisque les contacts étaient déjà pris avant son arrivée. Il souhaite des joueurs polyvalents pour doubler chaque poste, ce que les nouveaux arrivants semblent en mesure de lui apporter. Lorsqu’il était entraîneur à Lille il avait souhaité recruter Sigthorsson. Il l’a maintenant dans son effectif, mais pourra-t-il le garder ?

Quelques nouveautés sont déjà perceptibles à la Jonelière. L’accès du public et des médias aux entraînements a été restreint sans qu’on sache si c’est le fait de l’entraîneur ou plutôt de la direction. En période de reprise, les joueurs pourront avoir deux et même trois entraînements par jour. On sait que le nouveau coach fait beaucoup travailler ses joueurs. Fainéants s’abstenir ! Cela rejoint le souhait du président Kita d’accentuer le travail de préparation physique qu’il a jugé parfois insuffisant.

Le stage à Annecy est un incontournable depuis plusieurs années. Un second stage plus court en Bretagne figure cette année parmi les nouveautés.

Les stages d’avant-saison servent à créer ou renforcer des liens entre joueurs, staff et dirigeants. Selon René Girard, ils conditionnent pour une grande part la réussite de la saison. Le stage en Savoie a permis aux anciens et nouveaux joueurs présents ainsi qu’au staff de s’observer mutuellement et de prendre leurs marques, en attendant le retour des internationaux en compétition cet été, ou à défaut, de leurs remplaçants.

9

Les premières impressions des joueurs semblent positives. Chacun cherche à séduire le nouveau coach et à se montrer à son avantage pour prendre sa place dans la future équipe titulaire. Le problème récurrent de la barrière de la langue sera atténué si chacun fait des efforts. Le coach souhaite que les joueurs étrangers apprennent le français le plus rapidement possible.

Nicolaj Thomsen dit de lui : « c’est une belle personne, très agréable, Il prend soin de tous ses joueurs. Il est intelligent et il aime le football. Cela se sent. Il voit tout de suite où l’on peut et doit progresser ». Adrien Thomasson juge le staff proche des joueurs, protecteur, mais aussi « carré » et intraitable sur la ligne de conduite à suivre.

Pour Léo Dubois, qui connaît son premier changement d’entraîneur en professionnel, tous les espoirs d’une belle saison sont permis. Quand à Guillaume Gillet, il est flatté que le coach veuille faire de lui son « Petit Pirlo ». C’est tout le mal qu’on lui souhaite !

Il se dit que René Girard est paternaliste, et qu’il aime ses joueurs. Il dit vouloir gagner leur confiance et s’appuyer sur les recrues et les jeunes. Il sera un observateur avisé et écouté. Dialogue, attention et respect mutuel sont ses maîtres-mots.

Girard 3

Pourtant, René Girard arrive précédé d’une réputation de joueur inélégant et brutal, et d’entraîneur fort en gueule voire grossier, impulsif, colérique, excessif, et impopulaire

Il a dit comprendre la contestation dont il a fait l’objet lors de sa nomination, mais il veut dissiper les malentendus. « Je viens donner le maximum pour que l’on puisse vivre de grands moments ensemble ». Il a déjà connu la même réaction de rejet du public lors de son arrivée à Lille, mais le club a terminé avec lui 3° puis 8° du championnat.

Il reste trois semaines au F.C. Nantes pour peaufiner sa préparation. Les acteurs sont impatients de débuter la compétition. Le beau parcours des internationaux nantais en compétitions cet été (Sigthorsson, Bedoya, Vizcarrondo sans oublier les – 19 champions d’Europe : Harit, Kwateng et Braat) doit apporter au groupe une dynamique positive. Les premiers matches officiels ont permis de tester des compositions d’équipes et de mettre le doigt sur les faiblesses de l’équipe, sachant que trois joueurs clés manquaient encore à l’appel. Il reste à passer au révélateur de la compétition de ligue 1. Il est essentiel de bien débuter la saison pour emmagasiner de la confiance.

L’arrivée de René Girard va-t-elle créer un choc psychologique et permettre au club de passer dans une autre dimension ? Le nouveau coach va-t-il saisir l’opportunité d’obtenir enfin la reconnaissance de son travail ?

Les supporters sont déjà prêts et attendent l’ouverture du championnat avec impatience pour connaître un début de réponse à leurs questions.

Mathilde

Crédit photos : 20 Minutes – F.C. Nantes – France 3 Pays de Loire

Twitter : @FCN_ACTIV

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *