Gooooooal !


La première parenthèse dans le calendrier de la ligue 1 est l’occasion de dresser un état des lieux après trois journées.

Avec une victoire, deux défaites, un but marqué et deux encaissés, le F.C. Nantes se place en 17ème position du championnat de ligue 1. Il est évidemment trop tôt pour en tirer des conclusions à ce stade de la compétition, mais la tendance des dernières années se répète : nous sommes déjà troisièmes au classement des défenses et dix-septième attaque

A la reprise, les voyants étaient au vert : un changement de coach que beaucoup appelaient de leurs vœux, des premières recrues prometteuses, quelques départs attendus avec soulagement, une préparation sereine, un retour des internationaux sans pépin physique, et surtout un Sigthorsson métamorphosé par son héroïque Euro. L’idéal pour que la saison démarre dans les meilleures conditions. Les matchs préparatoires nous avaient bien alertés sur le niveau de l’équipe, mais après l’inévitable période d’adaptation, tout irait mieux. Un premier match victorieux à Dijon en appelait d’autres, et nous pouvions nous laisser aller à un brin d’optimisme …

9

Le retour à la Beaujoire, malgré le soutien de supporters gonflés à bloc, n’a hélas pas confirmé les espoirs. Certes, nous étions opposés à l’AS Monaco, habitué aux premiers rôles dans le championnat, mais nous attendions davantage d’engagement de nos joueurs à domicile. Une deuxième défaite consécutive, à Bordeaux, nous renvoie inlassablement à notre incapacité à marquer des buts. Gagner sans marquer, l’équation est insoluble.

Si le problème est bien identifié, et récurrent, sa résolution est loin d’être évidente. Les joueurs changent, les entraîneurs aussi, la difficulté persiste. Dans les années 90, le F.C. Nantes marquait en moyenne 47 buts par saison, et 41 la décennie suivante. Depuis la remontée en ligue 1, nous en sommes à 35 buts (moyenne sur 3 ans). Avec ne serait-ce que 10 buts supplémentaires l’an dernier, notre classement aurait pu être tout autre. Le mal est profond et ne date pas d’hier.

Sommes-nous condamnés aux victoires étriquées ou aux courtes défaites ? Pourquoi nos équipes ne sont-elles pas capables de nous offrir plus de spectacle ? Les raisons de ce blocage devant les buts sont multiples.

Le F.C. Nantes a toujours privilégié le jeu collectif. Or, un buteur doit savoir être individualiste, s’imposer et saisir sa chance au moment opportun. On a souvent reproché à nos joueurs d’être trop gentils, trop tendres, trop sages, de baisser les bras trop vite devant l’adversité … des traits de caractères qui n’appartiennent pas aux grands buteurs, les « renards des surfaces » ou les « guerriers » dont on manque cruellement ici.

L’état d’esprit est à revoir à tous les niveaux du club. Muscler son corps est nécessaire, mais travailler le mental l’est tout autant. Nos joueurs ne sont pas plus mauvais que d’autres, mais doivent prendre conscience de leur potentiel, on appelle cela l’ambition. Il faut leur insuffler l’esprit de compétition, la soif de victoires, le honte de la défaite, ne pas se contenter du minimum. Ils ne doivent pas se satisfaire du confort dont ils bénéficient à la Jonelière. Ce n’est pas parce que le club est septuagénaire que les joueurs doivent se comporter comme des sénateurs !

Filip Djordjevic, dernier grand buteur nantais en date

Filip Djordjevic, dernier grand buteur nantais en date

Les récents propos de René Girard vont totalement à l’encontre de ces préceptes. S’il veut régler ses comptes avec son président, il doit le faire directement auprès de l’intéressé. Comment motiver ses joueurs en leur ouvrant un parachute par anticipation au cas où les résultats seraient en deçà de ceux escomptés ?! Totalement négatif et contre-productif ! Pour semer le doute dans les têtes de ses joueurs, le coach est champion ! La méthode Coué, vous connaissez ? La réussite par la pensée positive et l’autosuggestion c’est toujours mieux que le défaitisme.

Le recrutement peut aussi être mis en cause. Toutefois, quand bien même les dirigeants y mettraient plus de moyens, il faut se rendre à l’évidence, le FC Nantes du XXIème siècle ne fait plus rêver. Il a longtemps surfé sur sa réputation, aujourd’hui c’est terminé. Il est devenu un club ordinaire. C’est douloureux pour les supporters. Un club qui ne participe pas aux compétitions européennes n’a aucun intérêt pour un joueur en devenir ou un buteur confirmé.

Nous sommes dans une spirale négative : pas de buts → pas de victoires → mauvais classement → pas de compétition européenne → pas de top buteur, et ainsi de suite. Au passage, et de la même façon, la démonstration vient d’être faite pendant ce mercato qu’un joueur en provenance de Nantes n’a pas grande valeur sur le marché des transferts.

Les nouvelles recrues sont attendues comme des hommes providentiels. Nous voulons croire qu’ils seront meilleurs. Trouver la perle rare qui plantera au moins 15 buts dans la saison : un rêve inaccessible depuis les 20 buts inscrits par Japhet N’Doram pendant la saison 1996-97. Autant dire une éternité !

L’attente est telle que notre nouvel attaquant Mariusz Stępiński sera à coup sûr accueilli en sauveur à la Beaujoire. Ce garçon de 21 ans, sans aucun palmarès, mais auteur de 18 buts en 39 matchs la saison passée dans son championnat polonais, aura une pression énorme lors de son entrée en jeu à la Beaujoire. A moins que l’entraîneur ne décide de ne pas l’aligner tout de suite.

14188403_1082659128486181_8743477691792836155_o

Il faudra du temps pour que le F.C.Nantes retrouve un statut digne de son nom, et redonne la fierté à ses supporters, eux qui continuent malgré tout à le soutenir malgré le peu de spectacle proposé.

Cette année, nous devrons compter sur les jeunes et réhabiliter des joueurs moins utilisés. Chacun aura sa chance car l’effectif a diminué en nombre. Il faudra leur faire confiance. Le mercato terminé, notre effectif est au complet au moins jusqu’à la fin de l’année, et prêt à repartir de l’avant. Aux joueurs de faire mentir les pronostics et de s’imposer dans le championnat … en marquant des buts !

Mathilde

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *