Felipe Pardo ouvre le bal


Alors que des noms tels que Paulo Oliveira, Sergio Oliveira ou encore Rafael Assis ont été évoqués du côté du FC Nantes, ce n’est ni un brésilien, ni un portugais à avoir signé le premier, mais bel et bien un colombien en la personne de Felipe Pardo. Beaucoup d’entre vous le savent, ce n’est pas le premier du pays à prendre la direction de l’octuple champion de France (le merveilleux Mario Yepes, ou le calamiteux Viveros…) et c’est probablement un énième inconnu au bataillon pour la plupart. Cependant, ce joueur venant en prêt six mois avec une option d’achat à hauteur de cinq millions d’euros, aurait déjà pu évoluer en Ligue 1 il y a un an et demi. Et quelqu’un au club le connaît très bien… Présentation.

 

 

Tout jeune joueur, Felipe a tout d’abord joué pendant quelques années dans son pays natal (où il évoluera dans le célèbre club colombien, l’Independiente Medellin). Avant d’être repéré par le Sporting Braga (Premera Liga au Portugal) à presque 23 ans, où il sera transféré pour un peu plus de 500 000 euros durant l’été 2013. Pour sa première saison en Europe, cet ailier droit plutôt vif et technique se montra en réalisant une quarantaine de matches, pour une dizaine de buts et cinq passes décisives. La saison suivante (2014-2015) fut également très intéressante (35 matches/ 11 buts/ 9 passes décisives toutes compétitions confondues).

Lors du mercato suivant (été 2015), plusieurs écuries s’intéressèrent au joueur offensif colombien âgé de 24 ans à l’époque. Ce fut le cas de l’Olympique de Marseille, qui avait la possibilité de le faire venir. Mais le club encore sous la houlette de Vincent Labrune n’avait sans doute pas les moyens pour payer les 6 millions d’euros demandés pour Felipe Pardo à ce moment-là. Le célèbre FC Porto, toujours le premier club d’Europe à flairer les bons coups et les  »pépites », fut également intéressé par le sud-américian. Néanmoins c’est la route de l’Olympiakos en Grèce que Pardo prit, le club grec jouant la Ligue des Champions.

 

C’est par l’intermédiaire d’un prêt payant (2,5 millions d’euros + option d’achat automatique de 1 million d’euros) que l’international colombien (une sélection chez les A) rejoignit le Sud de l’Europe. « C’était une cible de notre ancien entraîneur Marco Silva qui l’avait vu jouer quand il entraînait au Portugal. Idem pour Sergio Conceiçao qui l’avait sous son aile quand il était à la tête de Braga lors de sa dernière saison là-bas » nous rapporte un supporter francophone du club grec. Et oui, l’entraîneur portugais arrivé il y a quelques semaines du côté de la Jonelière connaît bien la nouvelle recrue nantaise puisqu’il était son joueur lors de la saison 2014-2015 à Braga. Il est responsable en grande partie de son arrivée sur les bords de l’Erdre.
La première saison de Pardo en Grèce fut honorable puisqu’il participa à 32 rencontres, toutes compétitions confondues, et inscrivit 8 buts et 7 passes décisives. Dont 6 matchs de Ligue Des Champions pour trois buts (doublé contre Dinamo Zagreb, but contre Arsenal) et une passe décisive (contre Arsenal également). « Il a aussi une petite expérience en LDC, c’est toujours un petit plus sur un CV » continue ce supporter. En effet, rare sont les joueurs de l’effectif actuel nantais à disposer d’un petit parcours dans la célèbre coupe aux grandes oreilles.

Avec l’arrivée de Bento l’été dernier, la tâche s’est rapidement compliquée pour Felipe « Il l’a mis de côté pour des choix sportifs, un départ cet hiver semblait inévitable ». Il totalise en effet une petite douzaine de matches dont sept de championnat depuis le début de la saison pour trois buts et trois passes décisives. De quoi donner des envies de départs. « C’est un joueur que j’aime beaucoup, je l’ai toujours trouvé meilleur que les titulaires depuis le début de saison. Mais le coach a tranché à son sujet. Et même s’il arrivait à gratter du temps de jeu grâce à des entrées intéressantes, c’était pas fabuleux pour lui ». Et ses statistiques en une saison et demi sont loin d’être mauvaises « Il en est à 11 buts et 10 passes en 44 matches depuis qu’il est arrivé en 2015. En sachant qu’il n’a pas été titulaire très souvent, c’est plus qu’honorable ».

 

Pour terminer sur son passage en Grèce, notre supporter francophone nous invite à un bref résumé du joueur  : « Je le répète mais c’est un joueur que j’aime beaucoup : il tente beaucoup, sait dribbler et percuter pour déborder. Et il n’est pas maladroit devant le but, ni dans les frappes de loin. Je dirais que c’est un joueur sans réelle faiblesse criante, mis à part celle de nombreux joueurs offensifs : il manque un peu de régularité. Je pense que c’est ça qui lui manque pour être vraiment très bon, parce que sinon il a de quoi animer le jeu offensif de beaucoup d’équipes, dont le FC Nantes. Il joue essentiellement à droite, parfois à gauche, il avait été recruté pour ça à l’Olympiakos. Lors de sa première saison chez nous, il a été appelé pour la première fois en sélection colombienne », et laisse un dernier message « Vu ce que montre Nantes depuis le début de saison, je doute que le club finisse 17e surtout depuis l’arrivée de Sergio Conceiçao. De plus, je pense que le club a fait une super pioche avec Felipe, j’espère qu’il va vous le prouver. » Prometteur certes, mais quand on voit ce qu’ont donné les dernières recrues offensives estivales, notamment sur l’aile (Thomsen, Kacaniklic…), on a de quoi avoir des doutes.

Le joueur a donc succombé au charme de son ancien entraîneur à Braga, désormais au FC Nantes : Sergio Conceiçao.  Celui-ci cherchant absolument un ou plusieurs ailiers en janvier. En regard de la faible animation sur les côtés en phase offensive.
D’après le journal local Ouest France, Christian Karembeu, proche du club grec, n’a pas été insensible à ce recrutement puisqu’il aurait conseillé les dirigeants nantais de tenter le coup. Felipe Pardo ouvre donc le bal nantais dans ce mercato hivernal qui s’annonce agité pour l’octuple champion de France. Affaire à suivre…

Photo FC Nantes – Arnaud Duret

 

Maxime Thomas

 

Twitter : @FCN_ACTIV

 

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *