Kara Mbodji : solide ou fragile ?


Après avoir enrôlé Fàbio, Evangelista, Boschilia, Miazga, Waris, et dernièrement Limbombe, le FC Nantes recrute de nouveau en défense centrale. Alors que Nicolas Pallois était annoncé sur le départ, ce dernier devrait (sauf offre(s) concrète(s)) finalement rester au club. Le défenseur nigérian Awaziem, retourné à Porto, était également sur les tablettes de Waldemar Kita pour remplacer Koffi Djidji, parti au Torino. Néanmoins, c’est sur un grand gaillard d’1,92 m que le président polonais a décidé de jeter son dévolu pour remplacer l’ivoirien. A la demande du nouvel arrivant, Miguel Cardoso, qui souhaitait un autre élément à ce poste après avoir considéré les jeunes internationaux français Basila et Mendy comme encore trop tendre pour intégrer définitivement le groupe professionnel, c’est donc Kara Mbodji qui s’apprête à enfiler le maillot jaune (et vert) pour un prêt avec option d’achat, le quatrième de ce mercato…

 

Les supporters nantais commencent à rire vraiment jaune ces derniers temps. En effet, ce début de saison compliqué (et compréhensible), accentué par un recrutement certes intéressant sur le papier, mais aussi constitué d’un grand nombre d’arrivées (7), provoque quelques interrogations sur les bords de l’Erdre. Des questions oui, notamment avec une défense qui a subi la foudre à six reprises cette saison en trois matchs, soit une moyenne de deux buts encaissés par rencontre, et ce malgré l’intégration récente de Matt Miazga, l’international américain, associé à Diego Carlos le brésilien, un petit peu en peine depuis le début de l’exercice. Deux profils très ressemblants qui ont montré quelques faiblesses mais aussi un manque d’automatisme criant suite à un manque d’expérience de cette récente charnière. Du temps, mais aussi de l’expérience : c’est ce qui pousse probablement la direction à recruter ce défenseur arrivant d’Anderlecht, malgré le nombre élevé de joueurs à ce poste.

Proposé par  Mogi Bayat, célèbre agent en « partenariat » avec Nantes sur plusieurs dossiers pendant le mercato depuis quelques saisons, et artisan majeur de la venue d’Anthony Limbombe au club, Kara Mbodji était tout d’abord jugé trop cher par les dirigeants nantais (7-8 millions d’euros). Des négociations menées par l’agent belge permettent aujourd’hui la réussite d’un transfert qui aurait pu échouer à tout moment…

Une révélation nordique.

L’international Sénégalais (47 sélections) a été formé dans son pays d’origine dans le club de Diambars FC où il débute, avant de partir en Norvège. C’est dans le Nord de l’Europe que sa carrière commence véritablement et prend du galon. Il enchaîne les matchs, et est élu à plusieurs reprises « homme du match ». Il effectue un total de 83 matchs pour dix buts, en trois saisons. Deuxième meilleur défenseur du championnat, il s’engage ensuite à Genk, en Belgique. C’est le début de son aventure belge dès l’âge de 23 ans.

 

La Belgique, terre d’essence…

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le pays demi-finaliste de la dernière coupe du monde lui permet de mettre du carburant dans le moteur. En deux saisons il participe à 92 matchs et inscrit par la même occasion six petits buts avec sa nouvelle équipe. Son épopée à Genk lui forge une réputation, qui revient aux oreilles des recruteurs d’Anderlecht, une des plus grosses équipes du championnat. Ces derniers observent le départ de leur titulaire en défense, le dénommé Chancel Mbemba qui part en Premier League. Cette transaction pousse les mauves à faire une offre de plus de 4 millions d’euros pour l’actuel défenseur de 28 ans. Celle-ci est acceptée par son club, et en 2015 Mbodj débute ce nouveau défi.

Une confirmation, et des complications.

C’est donc à Anderlecht que le joueur va prendre une autre dimension. Pourtant, ses débuts ne sont pas si simples « Il commettait beaucoup d’erreurs, était capable de se rater à tout moment » affirme Yanik Farkas, membre de la radio RTL en Belgique, et suiveur particulier des mauves. Ce n’est que par la suite que « Kara » prend de l’ampleur. « Il est devenu un leader et un défenseur infranchissable. Même si c’est vrai qu’avec lui c’est parfois un peu tout ou rien… » continue notre interlocuteur. C’est également en devenant titulaire indiscutable que les soucis de santé arrivent pour le sénégalais, avec des blessures incessantes au genou qui l’éloignent des terrains à de nombreuses reprises « il a vraiment du mal à s’en remettre, il fait parfois des rechutes ». Cependant, il revient toujours sur les terrains, réputé pour avoir une mentalité exemplaire, celle d’un vrai guerrier avec parfois des sautes d’humeurs qui rappelleraient presque celles de Papy Djilobodji lorsqu’il était au FC Nantes « il ne faut pas l’emmerder, ça c’est sûr. Mais en tout cas, c’est du costaud. C’est un très bon leader » ajoute Jordan Horwood, journaliste et rédacteur en chef pour Walfoot.. Comme exemple, une affaire de « coup de boule » envers un adversaire a condamné le joueur à se présenter devant une commission dans le courant de la saison 2015-2016.

Si l’on oublie ce dossier, il colle étrangement avec le profil décrit et souhaité par Waldemar Kita récemment lors d’une interview pour le journal L’équipe, celui d’un joueur qui « aboie », un peu « fou », un meneur d’hommes finalement pour une équipe que l’on juge parfois « en manque de caractère ».

Ces blessures en nombre vont aussi l’éloigner un peu de la sélection. En 2018, appelé pendant la coupe du monde avec le Sénégal alors qu’il se soignait encore, il reste sur le banc pendant toute la compétition. On accuse par la suite le joueur, après l’élimination, de propos inacceptables dans les médias « Dans cette équipe il y a beaucoup d’hypocrites. Si je n’avais pas été prêt à 100%, je n’aurais pas accepté l’appel du sélectionneur. Certains étaient là pour leurs propres intérêts et ne voulaient pas que je joue. », des déclarations niées en bloc par l’intéressé.

Malgré des indisponibilités à répétition, le natif de Mbour parvient à réaliser 97 matchs pour sept buts et sept passes décisives en trois saisons que l’on peut qualifier de pleines. Indiscutable au poste de défenseur central, il lui est arrivé de dépanner en tant que milieu défensif à plusieurs reprises.

Quelques questions fusaient également sur les réseaux sociaux concernant un départ jugé étonnant alors que le club belge s’apprête à disputer une énième fois un championnat européen dans son histoire « C’est un très beau bébé, si Anderlecht veut s’en séparer c’est parce qu’ils veulent de l’argent, libérer un gros salaire, mais aussi à cause d’un changement total de philosophie avec la nouvelle direction » continue Jordan, qui insiste également sur le fait que le joueur « était proche de la Turquie et de Galatasaray », et qu’il n’a pas répondu aux attentes lors de la visite médicale à cause de son problème au genou. Un frein que l’on retrouve également en Angleterre, puisque le joueur aurait pu rejoindre Fulham récemment, pour une somme avoisinant les 10 millions d’euros, ou encore un top club de Premier League (dont le nom n’est pas connu) il y a quelques temps. Des transactions qui ont essentiellement échoué suite à ses soucis de santé. Opéré en décembre dernier, c’est désormais sur une pente ascendante que le solide (mais fragile) défenseur espère se retrouver avec un nouveau départ voulu depuis plusieurs semaines déjà.

« Je pense qu’il peut faire du bien à Nantes. C’est quelqu’un de dur sur l’homme, moyen à la relance. Il est aussi capable de mettre des buts. A son meilleur niveau, il valait quand même entre 10 et 15 millions d’euros… » termine Yanik.

L’état physique sera donc à surveiller scrupuleusement pour la nouvelle recrue du FC Nantes. Récemment mis de côté par son sélectionneur pour la prochaine trêve internationale, pour une raison jugée pour le moment indéterminée, « Kara » va pouvoir se concentrer sur ses premiers pas en France en espérant que la première porte qu’on lui ouvrira à la Jonelière, ne sera pas celle de l’infirmerie…

Maxime Thomas (@mthomas44230)

 

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *