Kolbeinn Sigthorsson, le buteur tant attendu ? 2


Pire attaque de la Ligue 1 à l’issue de l’exercice 2014-2015, le FCN a entamé la période des transferts avec l’envie certaine de renforcer le secteur offensif, décrié par de nombreux observateurs et le public de la Beaujoire en manque de folie. Après les arrivées de Thomasson et Adryan pour apporter du liant aux velléités nantaises, la maison jaune a jeté son dévolu sur l’attaquant international islandais Kolbeinn Sigthorsson en provenance de l’Ajax d’Amsterdam. Portrait d’un attaquant aux multiples facettes.

Son parcours aux Pays-Bas, entre espoir et désespoir

A 25 ans, le buteur islandais a déjà une solide expérience du football européen. Arrivé à l’AZ Alkmaar en 2006, il a écumé les pelouses de l’Eredivisie à partir de 2010 où son imposante carcasse a été remarquée au profit de performances intéressantes, Romain (@Telefonsson) spécialiste français du football en Islande nous éclaire à son sujet :

« Kolbeinn est symptomatique de la montée en puissance du foot islandais observée ces dernières années. En effet, il est le produit archétypal des réformes mises places par la fédération islandaise dans le courant des années 1990 : détecté assez tôt au sein d’un des centres de formations du pays (celui du Víkingur Reykjavik), il a débuté dès 16 ans au HK Kópavogur.
Il a enchaîné ensuite, comme un certain nombre de jeunes du pays, les essais dans des grands clubs européens (notamment au Real Madrid) au début des années 2000, moment où les grands clubs commençaient à scouter en Islande (notamment les clubs écossais, néerlandais, anglais et belges). Sa signature à l’AZ Alkmaar dès ses 17 ans en 2006 s’inscrit réellement dans l’internationalisation des destinations des footballeurs islandais à cette période, notamment chez les jeunes.«  Rapidement, on ne tarie pas d’éloges sur le natif de Reykjavik qui offre de belles promesses dans le jeu et dans sa faculté à empiler les buts « Très tôt, et ceci dès son passage en sélection des jeunes (U17 à U21), on promet à Kolbeinn un futur doré à la Eiður Guðjohnsen (ex joueur de Chelsea, Monaco et évoluant aujourd’hui à Bolton) en espérant que le jeune espoir ne déçoive pas autant que… le grand frère, Andri Sigþórsson, idole des amateurs de Football Manager, à l’époque Championship Manager version 1999/2000, et recruté par le Bayern Munich en 1993 à 16 ans avant de prendre sa retraite à seulement 27 ans en Norvège… »

106667

Attaquant complet, sa première saison à l’AZ est ponctuée de 18 buts toutes compétitions confondues, si bien que l’Ajax ne tarde pas à lui faire les yeux doux. Finalement, il est enrôlé par le club aux quatre Ligues des Champions au cœur de l’été. Mais l’histoire d’amour entre l’Islandais et Amsterdam sera de courte durée, puisqu’il enchaîne les blessures à répétition, ne pouvant pas exprimer tout son potentiel. Frédéric (@RhinitMulchus), suiveur de l’Ajax et rédacteur sur le site horsjeu.net y voit surtout de la malchance et tire un bilan mi-figue-mi-raisin : « L’Ajax cherchait un attaquant pivot tout en espérant développer ses qualités de buteur. Malheureusement, ça n’a pas trop marché, il n’a pas eu trop de chance, et n’a jamais fait une saison complète. Globalement, on tire un bilan mitigé, il a eu des bonnes périodes, puis se blessait, montrait un peu de maladresse, il n’a pas été le buteur recherché. » Romain confirme quant à lui une réputation de joueur fragile « Il s’est cassé la cheville dès en octobre 2011 avant de revenir sur les terrains en mars 2012. Puis il a débuté la saison suivante de la même manière : une blessure très sérieuse à l’épaule qui le tient éloigné des terrains de septembre 2012 à février 2013. Malgré cela, il boucle à nouveau une saison correcte (9 buts en 20 matchs, toutes compétitions confondues), mais sa réputation de joueur fragile semble faite.
Celle-ci semble confirmée en décembre 2014 avec, à nouveau, une cheville touchée qui éloignera Kolbeinn des terrains pour un peu plus d’un mois. Peut-être l’accumulation des blessures est-elle imputable à son « nouveau » profil de joueur à l’Ajax, celui d’un attaquant puissant capable de décrocher et de défendre au besoin dans le cœur du jeu, ou encore à une exigence plus forte chez les Godenzonen.« 

Un profil pouvant réussir à Nantes et s’acclimater en Ligue 1

S’il incarne parfaitement la panoplie de l’avant-centre moderne, capable de participer au jeu au jeu, de se déplacer sur le front de l’attaque et d’être un pivot d’orfèvre, Kolbeinn Sigthorsson doit néanmoins profiter du travail de joueurs mobiles autour de lui comme nous l’explique Romain « A l’Ajax, il était bien épaulé par Klaassen et le gang des Danois (Fischer, Schöne, Andersen). Entourés par des joueurs vifs et avec qui la communication était aisée (Kolbeinn parle parfaitement le danois et désormais le néerlandais).
A Nantes, il risque d’être un peu plus seul devant (dans un 4-3-3 qui s’apparente souvent à un 4-5-1 il me semble), il lui faudra bénéficier du travail des deux autres attaquants/ailiers (Nkoudou aurait été intéressant dans ce rôle, mais Bedoya peut le remplir je pense) mais aussi d’un milieu polyvalent/créateur pourvoyeur de ballons (Veretout ?) à l’image de ce que peut faire Gylfi Sigurðsson en sélection. » Frédéric met en avant d’autres arcanes de son jeu « Il a aussi assez de vitesse pour prendre la profondeur, on peut le mettre dans la catégorie des attaquants « complets », il peut jouer seul en pointe/ ou à deux. Il a eu une dernière saison compliquée, un manque de confiance flagrant, mais il a ce qu’il faut pour réussir. Il peut marquer une dizaine de buts, toutefois, il en croque pas mal. Enfin Sigthorsson arrive avec une expérience d’un  » grand club de Ligue des champions « . Pour un club de milieu de tableau en Ligue 1, il va faire du bien. »

Kolbeinn-Sigthorsson

Même si son passage chaotique à l’Ajax n’a pas reflété réellement sa valeur sportive, Sigthorsson jouit d’un apport indispensable en sélection (17 buts en 32 capes), notamment par le biais d’un système tactique qu’il affectionne particulièrement, le 4-4-2. « En sélection, le sélectionneur Lars Lagerbäck, véritable entraîneur du renouveau (désormais épaulé par Heimir Hallgrímsson pour préparer la retraite du suédois post-Euro 2016), a pour habitude d’adopter un 4-4-2, à domicile comme à l’extérieur, nous décrit Romain. Il semble que Kolbeinn y soit très à l’aise, il constitue le point d’ancrage de l’attaque islandaise autour duquel tourne un autre attaquant, souvent moins avancé. Avec l’Islande, il a fréquemment été épaulé par des attaquants plus reculés dans ce 4-4-2 : le plus souvent par Jón Daði Böðvarsson (attaquant du Viking en Norvège qui évolue aussi souvent ailier droit) ou plus rarement par Jóhann Berg Guðmundsson (Charlton) et même par Eiður Guðjohnsen qui a réalisé un retour remarqué en équipe nationale. »

A Nantes pour se relancer et démontrer la montée en puissance du football islandais à un an de l’Euro.

Ambitieux et déterminé, Kolbeinn Sigthorsson souhaite avant tout démarrer un nouveau chapitre de sa carrière dans un championnat plus attractif médiatiquement et sportivement que l’Eredivisie. En plus d’avoir une mentalité forte, qui a lui permis de toujours revenir à bon niveau avec ses blessures récurrentes depuis trois ans « le joueur est sérieux et appliqué, attention à ne pas le « décevoir » avec une gestion trop « française » de l’effectif (manque de rigueur, manque de stabilité de l’effectif et du staff, dilettantisme des joueurs…) estime Romain. Mais c’est avant tout une recrue de choix pour le FCN et un gros pari pour le joueur qui pourrait bien exploser dans un championnat certes physique, mais qui comprend des joueurs de grands talents « .

11715925_608110475994463_1952245788_n

A quelques mois du championnat d’Europe qui aura lieu sur le sol hexagonal, l’international islandais pourrait aussi confirmer les bonnes dispositions du football en Islande, qui est en perpétuelle évolution grâce à un long travail de formation et de structuration « il y a eu un très gros effort de formation et de préformation en Islande, ce qui est passé par une réforme profonde de toute la structure du football national alors même que l’île ne compte aucun club professionnel :

– structuration de la saison : mise en place de tournois de pré-saison en indoor pour combler une longue période de pré-saison précédant une courte saison d’avril à octobre),

– formation : beaucoup de coach sont jeunes et bien formés 70% des coaches ont la licence UEFA B licence et 30% ont la licence UEFA A ),

– équipes nationales : travail de suivi des U16 aux U21.

– détection : élection des meilleurs jeunes et répartition dans les centres des clubs.

Si la mise en place d’un centre national,  » à la Clairefontaine  » (Knattspyrnuskoli, en lien avec l’IMG Academy) a échoué au début des années 2000, de nombreux travaux de détection ont été menés au moyen de stages, de structuration des centres des clubs mais aussi et surtout par la formation des éducateurs et des entraîneurs (notamment ceux des plus jeunes catégories d’âge). » *

De fait, Sigthorsson est aussi dans la lignée de la principale évolution du football islandais, le système de l’exode à l’étranger dès le plus jeune âge pour rejoindre des centres de formation réputés au Danemark (Aarhus, FC Copenhague), aux Pays-Bas (Ajax Amsterdam, PSV, SC Heerenveen) ou encore au Royaume-Uni (Celtic Glasgow, Brighton), notamment à Reading, terre d’accueil « historique » pour les footballeurs islandais « Ce phénomène d’exode juvénile a sûrement permis de professionnaliser ce vivier de joueurs. Un vivier prometteur qui ne peut malheureusement pas exprimer tout son potentiel dans un championnat semi-professionnel et aux infrastructures souvent limitées par manque de moyens et par un hiver long et peu propice à la pratique du football. » détaille enfin Romain.

11668007_10207540895148842_730939988_n

Moralité, Kolbeinn Sigthorsson débarque chez les canaris avec l’envie de prouver un niveau qui l’avait conduit jusqu’à l’Ajax d’Amsterdam il y a 4 ans, après un parcours semé d’embûches de par de ses blessures, le puissant attaquant islandais devra convaincre le bouillant public nantais et être le fer de lance d’une attaque qui cherche désespérément un buteur pour faire enfin vibrer un stade entier. Les fans n’attendent que cela.

Un grand merci à Romain et Frédéric pour leurs témoignages pertinents.

Thomas Bernier et Maxime Thomas

*Vous pouvez retrouver son l’article intégral via ce lien : http://www.toutlemondesenfoot.fr/europe-international/eur-autres/islande-eur-autres/le-bruit-des-glacons-presentation/).

Twitter : @FCN_ACTIV

Facebook : Activ Nantes Supports

Mail : activnantes@gmail.com

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Kolbeinn Sigthorsson, le buteur tant attendu ?

  • Supporter Nantais n°382

    Bonsoir,
    Je m’exprime assez rarement d’ordinaire mais je tenais à le faire pour saluer la qualité de votre travail. C’est plaisant de vous lire, continuez ainsi. J’avais déjà remarqué la pertinence de vos posts (Maxime et Thomas) sur le groupe Facebook consacré au FC Nantes. Au plaisir de vous lire.

    • Maxime Thomas

      Merci beaucoup, c’est un plaisir d’écrire et c’est surtout un plaisir d’avoir des compliments comme le votre.

      J’espère continuer encore longtemps !

      Bonne soirée à vous.