att-mizaga-vitesse-arnhem-eredivisie-

Matt Miazga : à l’américaine


Après avoir recruté les brésiliens Fàbio et Evangelista, le FC Nantes s’est offert trois prêts : le monégasque Boschilia, le ghanéen Waris et le défenseur Matt Miazga. C’est sur ce dernier que nous avons décidé de s’attarder un petit peu plus particulièrement. Probablement parce que c’est le seul nom sur les trois que vous n’avez jamais entendu auparavant, ou du moins très peu. Il arrive dans un secteur qui fait un peu « tâche » depuis le début de la préparation estivale. Un poste où des incertitudes perdurent, à quelques semaines de la fin du mercato. Avec notamment Nicolas Pallois sur le départ, Diego Carlos qui pourrait voir une offre alléchante arriver d’ici septembre ou encore Koffi Djidji qui a un peu de mal à retrouver son niveau de jeu d’antan…

 

Âgé de 23 ans et tout fraîchement arrivé d’Angleterre, plus précisément de la célèbre équipe londonienne de Chelsea, Matt Miazga débarque pour un prêt d’une saison avec option d’achat (à deux chiffres). Après avoir découvert les Pays-Bas la saison dernière, avec Vitesse Arnhem, c’est en France que le (très) grand défenseur central (1,94 m) va continuer sa progression cette saison. Et ce que l’on peut dire, c’est que le joueur ne devait pas arriver à la Jonelière initialement.

En effet, le FC Nantes a récemment fait affaire avec le stade Malherbe de Caen, concernant l’attaquant marocain Yacine Bammou. Le club normand a récemment perdu son titulaire en défense, Damien Da Silva, parti à Rennes. Ce dernier devait donc être incontestablement remplacé, et leur dévolu a été jeté sur Matt Miazga. Après avoir convaincu le joueur de venir, et alors que l’accord était pratiquement bouclé avec le club anglais, le dossier a connu une drôle de tournure par la suite (ou du moins une étonnante pour les caennais). A la demande de Miguel Cardoso, le président Waldemar Kita, qui cherchait lui aussi un ou deux défenseurs dans ce registre pour remplacer un ou deux possibles départs à ce poste, ainsi que celui d’Awaziem (retourné à Porto), a contacté le clan de l’international américain (7 sélections) pour le persuader de venir du côté des bords de l’Erdre. Mission réussie : le joueur a fait marche arrière, convaincu par le nouveau discours qu’on lui portait. C’est avec beaucoup de regrets mais aussi de rancunes, que le club bleu et rouge a dû se résigner à laisser tomber ce dossier, pour se consacrer à la piste menant à Nicolas Pallois (qui se montre un peu gourmand pour les normands).

Après avoir réussi à convaincre Miazga de rejoindre le FC Nantes, le dirigeant polonais s’est ensuite démené pour trouver un accord avec Chelsea, pour un prêt avec option d’achat.

Arrivé à Nantes la semaine dernière, Matt Miazga succède à Alejandro Bedoya, dernier américain à avoir porté le maillot jaune et vert et coéquipier en sélection. L’ancien canari lui a probablement donné son avis sur le club.

Joueur des New York Red Bulls de 2013 à 2016, il rejoint l’Europe et les blues il y a deux ans : « Quand il est parti de la MLS, il ne faisait pas partie des vedettes, loin de là. En fait, il sortait de sa première saison complète et faisait partie des révélations. Il était tout de même considéré comme un jeune prometteur et son transfert en Europe n’a surpris personne. » nous dit Matthias Van Halst, rédacteur belge pour le célèbre site de la MLS (partie francophone) www.mlssoccer.com,

Miazga à Chelsea

Depuis cette année-là, il n’a disputé que deux matches en Première League. Il est prêté dans la foulée pendant deux saisons aux Pays-Bas, où il a joué 55 matches de championnat pour 3 buts et 2 passes décisives. A son retour cet été, Chelsea ne comptait toujours pas sur lui. Il faut dire qu’il faut avoir un certain niveau pour prétendre jouer chez un cador anglais « C’était un pas beaucoup trop grand à franchir » reconnaît notre intervenant, « Aux Pays-Bas, il a pu s’épanouir et a quasiment tout joué l’an dernier, après avoir été titulaire une vingtaine de fois la saison précédente ». Le jeune américain se serait distingué lors de la finale de la coupe des Pays-Bas, où il aurait fait un très bon match d’après les dires.

Au sein de l’équipe nationale, Matt Miazga n’a pas seulement connu le choc terrible avec Giroud lors du dernier France – Etats-Unis avant la coupe du monde, match auquel il a participé en tant que titulaire. « Il a gagné sa place dans le noyau de l’équipe à petits pas : de sa bonne saison en MLS qui lui a valu d’être tenu à l’oeil, puis en gagnant sa place à Vitesse, il est monté dans la hiérarchie. ». Une confiance du sélectionneur qui lui vient de la non-participation des américains à la Coupe du Monde, « une génération s’est effacée et les jeunes ont pris le galon. Miazga est désormais dans le haut du panier ».

Matt Miazga au New York Red Bull

Alors que le FC Nantes a encaissé plusieurs buts à la suite d’erreurs défensives pendant les matchs amicaux, l’originaire de Clifton entend bien montrer toutes ses qualités pour satisfaire le nouveau staff portugais. « Une de ses forces, c’est son jeu de tête. A New York, c’était surtout défensif. A Vitesse, l’entraîneur a construit une véritable armée aérienne. Miazga a appris à se servir de ses qualités dans le rectangle adverse. Ses tacles sont aussi très appréciés : il jette tout son corps pour aller chercher le ballon, ce qui donne une impression d’engagement qui plaît beaucoup en tribune. » Souligne Matthias. Un profil qui semble se rapprocher particulièrement de Diego Carlos… ou de Nicolas Pallois.

Néanmoins, il faut également pointer des défauts qui lui barrent très probablement la route du très haut niveau. Sinon, il est évident qu’il serait déjà dans le groupe du nouvel entraîneur de N’Golo Kanté. « Il n’est pas très rapide. Il a travaillé son replacement lors des pertes de balle à Vitesse, pour compenser ce point lors des contre-attaques. Par contre, quand la défense est en place, et que l’autre équipe accélère soudainement, là il a encore du mal. » enchaîne notre interlocuteur, « Techniquement c’est loin d’être un as. Son contrôle de balle, en passant par ses longues relances, ce n’était pas génial. De plus, il ne levait pas forcément la tête pour chercher la meilleure option ».

Des limites qui ont peut-être été améliorées lors des deux dernières saisons. Il faudra sûrement profiter de cette saison pour le voir à l’œuvre, l’option d’achat étant significative cela demandera un gros investissement pour la lever. Mais encore faut-il qu’il fasse une très bonne saison.

Matt Miazga en sélection américaine

Plusieurs questions s’entremêlent : le joueur arrivera-t-il à s’adapter à la Ligue 1, à son niveau de jeu et au système que Cardoso souhaite mettre en place ? Faut-il réellement miser sur un élément qui a de très grandes chances de quitter définitivement le club et de ne pas y revenir à la fin de la saison ? Certains gardent en tête le prêt d’Awaziem, qui n’a malheureusement pas été le plus utile sur le long terme. L’arrivée de Miazga peut également couper la progression de Mendy ou Basila, ou alors leur permettre de s’acclimater de manière plus progressive et plus lente au championnat français, et au haut niveau. Il n’y aura pas les mêmes attentes dans celui-ci qu’en Erdevise où le niveau est moins relevé.

De nombreuses interrogations qui font que Matt Miazga va devoir s’imposer rapidement dans cet effectif pour prétendre à une place de titulaire. Il ne faut pas oublier que malgré les faiblesses défensives remarquées depuis quelques semaines, le FC Nantes détient plusieurs possibilités à ce poste et le club pourrait encore recruter un défenseur central d’ici la fin du mercato…

 

Maxime Thomas (@mthomas44230)

 

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *