Supporters et joueurs face aux interdictions de déplacements


Les arrêtés préfectoraux et ministériels interdisant aux supporters de se déplacer pour soutenir leur équipe de cœur sont devenus monnaie courante dans le foot français. A juste titre, ils sont jugés de plus en plus souvent abusifs par les supporters. Parfois motivés par des raisons extra-sportives, ils provoquent la colère des amateurs de foot pour qui un match se vit dans les tribunes plutôt que devant son poste de télévision.

Plusieurs centaines de supporters nantais avaient organisé un déplacement à Reims le dimanche 17 mars afin d’encourager leur équipe qui peine à obtenir des résultats positifs cette saison. Achat des places, location de véhicules, organisation du trajet, restauration et même hébergement : tout avait été planifié depuis plusieurs semaines, lorsqu’un arrêté publié le vendredi 15 mars en soirée a jeté tous les projets à l’eau.

Déplacement à Guingamp pour EAG – FCN

Privés de déplacement, les supporters sont partagés entre déception, écœurement, incompréhension et colère. Ils s’expriment dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Ces réactions sont compréhensibles, d’autant plus que le FC Nantes n’a réagi à l’arrêté qu’avec la plus suspecte modération, à la limite de l’indifférence. Les supporters se sentent floués et critiquent sans distinction les pouvoirs publics, la ligue, le club, et même les joueurs !

Il ne faudrait pas se tromper de cible en accusant les joueurs de ne pas se révolter contre ces interdictions. Comme les supporters, ils sont victimes d’une conjoncture défavorable qui conduit les autorités à un excès de principe de précaution. Si la ligue ou les clubs peuvent apparaitre complices, il n’en va pas de même pour nos joueurs. Ils déplorent comme nous les arrêtés interdisant les déplacements, et ils le font savoir à leur manière, bien qu’ils soient contraints à un devoir de réserve.

Ce dimanche à Reims, les joueurs et le staff ont fait un geste en allant saluer la tribune visiteurs vide, avec un maillot sur lequel était inscrit « supporters pas criminels ». Une façon pour eux de protester contre les arrêtés et de montrer leur solidarité envers leurs supporters. Certains leur reprochent ce geste trop modéré à leur goût. Ils auraient voulu un signe plus fort, comme un refus de jouer le match. Mais les joueurs le pouvaient-ils ? Derrière la passion du foot, il y a la réalité du sport et des engagements professionnels.

Déplacement des supporters nantais à Guingamp le 3 mars 2019

Ne nous laissons pas gagner par la morosité. C’est dans les moments difficiles que notre équipe a le plus besoin de nous. Et Dieu sait si cette saison est compliquée depuis le début ! Il y a tout lieu de penser que nos joueurs feront le maximum pour finir la saison sur une meilleure dynamique. A nous de les y aider, si on nous en laisse la possibilité !

Mathilde

Share Button

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *